Comment une équipe de la Jamaïque, après de multiples aventures, va remporter l'épreuve de bobsleigh à quatre aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary.

Comment une équipe de la Jamaïque, après de multiples aventures, va remporter l'épreuve de bobsleigh à quatre aux Jeux Olympiques d'hiver de Calgary.

Après « Ninja Kids », l’Américain Jon Turteltaub poursuit sa filmographie dans le cadre familiale. Les studio Disney nous offre là encore toute leur culture en matière d’espoir. Ceci dit, introduire la communauté Jamaïcaine par une rencontre internationale semblait être la meilleure des choses à faire.

Turteltaub a mis en scène la culture sportive de cette nation de telle sorte à la rendre comique et éducative. Le bobsleigh confirme ce fait dès lors qu’il ne conviendrait pas au climat ou à de prodigieux coureurs de fond. Une équipe improbable se dessine alors, tombant souvent dans le cliché. Mais nous l’acceptons et nous nous laissons entrainer dans cette tendresse gratuite. Et l’humour aura son mot à dire pour contribuer à cet attachement.

La morale ne pêche pas dans le plus subtile et place la participation devant la victoire. Or, il s’agit de cette dernière notion où l’on s’attarde à nous enseigner les grandes lignes. La parité et l’égalité sont les termes les plus adaptés dans ce débat ouvert. On dissimule alors assez bien la discrimination sportive au détriment d’une logique injustifiée. Chaque nation voit sa caricature arriver de loin. On garde les champions comme contre-exemple de fair-play, afin d’affirmer le bon rôle de l’équipe extraterritoriale.

Le mentor interprété par John Candy reste linéaire dans le genre. Son équipe suit cette même mentalité, succédant les étapes d’initiation, de progrès, de doute et enfin de confiance. La part de vérité fait tout de même son effet et on la crédibilise avec le recul que l’on dégage, derrière de nombreuses mises en scène explicites et poussives.

C’est donc ainsi que « Rasta Rocket » conjugue la culture sportive et sociale autour d’une glissade remplie de cœur et d’humour.

Retour à l'accueil