Tous En Scène

Publié le par Jeremy Chommanivong

Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais.

Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais.

C’était à l’évidence à prévoir qu’Illumination nous serve un plat dont on connait déjà les subtilités. « Tous en Scène » s’ajoute dans cette série où Garth Jennings a préféré vendre un film de commande, qu’une œuvre originale.

On l’aura compris, on ne cherche pas à nous surprendre mais bien à nous divertir à coup d’une playlist davantage orienté pop que variée.

Les personnages quant à eux, peinent à marque une réelle trace d’évolution. Un creux de profondeur est à noter dans une personnalité qui ne semble apparent qu’au début et en fin de film. Quelque part, chacun recolle avec des situations quotidiennes, encourageant le talent à se manifester pour le travailler à la perfection.

Ce qui est à déplorer dans cette comédie, c’est le manque de discipline dans une mise en scène pauvre et trop linéaire. Des lueurs d’espoir se font tout de même attendre pour au final être démonté par un coup de gueule scénaristique que l’on aurait pu éviter. Il s’agit d’un choix curieux et à prendre avec des pincettes pour ne pas sortir d’une histoire ne sachant pas s’orienter comme il faut. Tout porte à croire que la base du projet est cette fameuse playlist où l’on aurait installé les rails pour les lier et les rythmer entre chaque partition.

Ce que l’on aurait apprécié, c’est de délaisser l’aspect individuel des chanteurs pour un « unique spectacle ». La scène appartient bien à tous, or le film ne montre pas cette attention, laissant les personnages faire une prestation trop marquée sur un travail personnel qu’un groupe. Cela dit, les genres varient et une séquence sans pause d’un final demandent une meilleure répartition du temps.

C’est un manque de cohésion certain que l’on oubliera le moment d’une chanson, étouffer par la suivante et ainsi de suite. En dénouement, on ne retiendra qu’un parcours flou du scénario et un jukebox de son parfois mal négocié pour que l’on puisse en parader avec.

 

Commenter cet article