De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.
De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.

De la 89ème cérémonie des Oscars, beaucoup ne retiendront que son dénouement surréaliste, avec les lauréats du trophée du Meilleur Film qui découvrent sur scène que la récompense n'est finalement pas pour eux. Un moment historique à plus d'un titre pour conclure une édition qui devrait rester dans les mémoires pour d'autres raisons. On fait le point.

Et à la fin c'est La La L... Moonlight qui gagne

Coup de théâtre sur la scène du Kodak Theater : réunis pour l'occasion, les ex-Bonnie & Clyde Faye Dunaway et Warren Beatty entérinent le triomphe de La La Land en appelant son équipe sur scène afin de recevoir l'Oscar du Meilleur Film. Sauf que ce dernier a en fait été remis à Moonlight. Un cafouillage dû à une erreur d'enveloppe (l'acteur et réalisateur tenait en main le double de celle annonçant la victoire d'Emma Stone chez les actrices) et digne d'un twist imaginé par M. Night Shyamalan. Lequel ne s'est pas privé de le souligner lui-même.

"J'ai écrit la fin des Oscars 2017. On les a bien eus Jimmy Kimmel !"

Du jamais vu et une victoire historique à plus d'un titre pour Moonlight, drame indépendant au budget minuscule (5 millions de dollars selon les estimations). Car c'est la première fois qu'une histoire d'amour homosexuelle au sein de la communauté afro-américaine obtient la plus prisée des récompenses hollywoodiennes. Une victoire dont on ne peut nier l'aspect politique, comme celle de Spotlight l'an dernier, et qui fait figure de geste fort de l'Académie au coeur de l'Amérique actuelle et même de défiance envers le gouvernement en place.

Second long métrage réalisé par Barry Jenkins, après l'inédit Medicine for Melancholy, Moonlight a également reçu les trophée du Meilleur Scénario Adapté et du Meilleur Acteur dans un Second Rôle pour Mahershala Ali, premier comédien musulman récompensé par l'Académie. De quoi rattraper la précédente édition, marquée par la polémique "Oscars So White" sur le manque de diversité au sein des nommés, alors que le film a déjà attiré 250 000 spectateurs dans les salles françaises depuis sa sortie au début du mois.

"Ce n'est donc pas démérité pour ma part, j'aurais hésité avec La La Land (mon coup de coeur) qui n'aura pas fait le parcours sans faute ! Moonlight reste tout de même à voir car il a répondu aux critères d'un jury bien libéré depuis des années."

La La Land, l'autre grand gagnant

Pendant quelques instants, les producteurs ont pensé avoir atteint la consécration ultime et décroché un septième Oscar... finalement attribué à Moonlight. A défaut de Meilleur Film, le long métrage remporte donc six trophées au total : Meilleurs Décors, Meilleure Chanson ("City of Stars"), Meilleure Musique, Meilleure Photo, Meilleure Actrice pour Emma Stone et Meilleur Réalisateur pour Damien Chazelle qui, à l'âge de 32 ans et 38 jours, devient le plus jeune lauréat de la catégorie en devançant Norman Taurog (Skippy en 1931), précédent recordman sacré alors qu'il avait 32 ans... et 260 jours.

Immense favori de cette 89ème édition avec quatorze nominations (un record qu'il partage avec Eve et Titanic), surtout après sa victoire aux Producers Guild of America Awards, La La Land s'impose "seulement" aux points et son destin rappelle celui de The Revenant en 2015 : sacré à trois reprises (Meilleure Photographie, Meilleur Acteur et Meilleur Réalisateur), il avait perdu le trophée du Meilleur Film face au plus politique Spotlight.

Un dénouement légèrement amer qui n'enlève toutefois rien au formidable parcours du film, qui a reçu 178 récompenses depuis sa présentation en ouverture de la Mostra de Venise, le 31 août dernier, et offert à Emma Stone sa première statuette dorée, dix ans après la sortie de SuperGrave, qui l'avait révélée au grand public. Et même s'il lui a manqué la touche finale pour vraiment se placer à leurs côtés, La La Land a prouvé, après The Artist ou Birdman, qu'Hollywood aimait les films qui parlent de cinéma.

"Sur ce coup, La La Land aura été bercé de récompenses tout au long de la tournée des prix ! Rien à dire de plus, que de la joie et une hâte infernale de revoir ce chef d'oeuvre !"

How to Get Away with Awards

Si l'attribution de l'Oscar du Meilleur Film à Moonlight a pu surprendre, il n'en a pas été de même avec le verdict d'autres catégories, qu'il s'agisse du Meilleur Réalisateur, de la Meilleure Musique ou de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle, dont le trophée tendait les bras à Viola Davis sans la moindre contestation possible. Et il aura fallu attendre la septième récompense de la soirée pour que la comédienne, au coeur du final de la saison 3 de How to Get Away with Murder quelques jours auparavant, ne remporte la première statuette dorée de sa carrière, après deux tentatives infructueuses en 2009 et 2012.

Et tandis que beaucoup s'étonnent de sa présence dans la catégorie Meilleur Actrice dans un Second Rôle, alors qu'elle fait jeu égal avec Denzel Washington, nommé en Meilleur Acteur pour Fences, la comédienne rentre dans l'Histoire avec cette victoire. Elle devient en effet la première personne afro-américaine à avoir remporté un Oscar, un Emmy Award (pour How to Get Away with Murder en 2015) et un Tony Award. Elle a même remporté deux de ces équivalents de nos Molière : un pour "King Hedley II", l'autre pour.. "Fences", dont elle a ensuite repris le rôle sur grand écran avec le même succès à l'arrivée.

Les Français (presque) bredouilles

Comme beaucoup le pressentaient depuis les dernières semaines et les palmarès des Screen Actors Guild Awards et des BAFTA, le duel Emma Stone - Isabelle Huppert a tourné à l'avantage de la première. Récompensée aux César puis aux Independent Spirit Awards pendant le sprint final, la Française rate donc la passe de trois et manque ainsi de succéder à Marion Cotillard parmi les actrices hexagonales oscarisées.

Co-produits par la France et nommés dans la catégorie Meilleur Film d'Animation, Ma vie de Courgette et La Tortue rouge ont également cédé de leur côté, face à la tornade Zootopie. Mais l'Hexagone a quand même sauvé l'honneur grâce au Client d'Asghar Farhadi. Co-produit avec l'Iran, le long métrage s'est offert l'Oscar du Meilleur Film Etranger (le deuxième du cinéaste après celui d'Une séparation en 2012), neuf mois après les Prix d'Interprétation et du Scénario reçus au Festival de Cannes. Et comme sur la Croisette, il s'impose face au favori qu'était Toni Erdmann.

Un triomphe qui, au-delà de la qualité intrinsèque du film, revêt clairement un aspect politique dans la mesure où le cinéaste avait décidé de boycotter la cérémonie en guise de protestation contre le décret pris par Donald Trump interdisant le territoire américain à sept pays musulmans, dont l'Iran, le 27 janvier. Bien que bloqué par un juge fédéral, le texte avait généré de vives protestations dans le milieu du cinéma, et nul doute que l'Académie a pu, comme avec l'Oscar du Meilleur Film de Moonlight, profiter de ce prix pour s'élever contre le gouvernement.

Les blockbusters s'invitent dans la danse

Pas dans les catégories principales, certes, et aucun d'entre eux n'a pris la place de Mad Max : Fury Road, en lice pour dix Oscars (dont ceux du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur) l'an dernier. Mais toujours est-il que trois trophées ont été remis à des blockbusters : celui des Meilleurs Effets Spéciaux, sans grande surprise, au Livre de la Jungle, qui a valu sa deuxième récompense de la soirée à Disney après celle de Zootopie (et la troisième si l'on compte Piper, le court métrage animé de Pixar).

Puis Suicide Squad a adressé le pied de nez ultime à ses détracteurs : une journée seulement après avoir échappé aux deux Razzie Awards pour lesquels il était en lice (Pire Acteur dans un Second Rôle pour Jared Leto et Pire Réalisateur), le film de David Ayer s'est offert l'Oscar des Meilleurs Maquillages. Là encore sans vraiment surprendre, car du Joker à Harley Quinn, en passant par Killer Croc, le long métrage DC avait de sacrés arguments en la matière.

Et c'est un Oscar historique qui a été remis aux Animaux fantastiques, prequel/spin-off d'Harry Potter : récompensé pour les très beaux costumes de Colleen Atwood, le film est en effet devenu le premier épisode de la franchise à remporter une statuette dorée, ce qui est beaucoup plus étonnant. Malgré les trophées techniques auxquels elles auraient logiquement pu prétendre, les aventures ciné du sorcier créé par J.K. Rowling avaient connu douze défaites pour autant de nominations. Très ironiquement, la treizième tentative aura donc été la bonne. Et le film a ensuite vu La La Land lui ravir le prix des Meilleurs Décors.

Et sinon...

Nommé en 2008 (Meilleur Acteur dans un Second Rôle pour L'Assassinat de Jesse James...), Casey Affleck a décroché son premier Oscar dans une catégorie, Meilleur Acteur, dont il était le favori. Récompensé pour Manchester by the Sea, également lauréat de la statuette du Meilleur Scénario Original, il offre à sa famille sa troisième récompense après celles reçues par Ben en 1998 (Meilleur Scénario Original pour Will Hunting) et 2013 (Meilleur Film pour Argo).

Respectivement en lice pour huit et six trophées, Premier contact et Tu ne tueras point sauvent quant à eux les meubles grâce aux trophées techniques : Meilleur Montage Sonore pour le film de Denis Villeneuve, Meilleur Montage et Meilleur Mixage Sonore pour celui de Mel Gibson. A cette occasion, l'ingénieur du son Kevin O'Connell a mis fin à une disette qui avait duré pendant trente-trois ans. Nommé vingt fois, il n'avait jamais été récompensé. Jusqu'à ce 26 février 2017, historique à plus d'un titre donc.

Retour à l'accueil