Don't Breathe - La maison des ténèbres

Publié le par Jeremy Chommanivong

Pour échapper à la violence de sa mère et sauver sa jeune sœur d’une existence sans avenir, Rocky est prête à tout. Avec ses amis Alex et Money, elle a déjà commis quelques cambriolages, mais rien qui leur rapporte assez pour enfin quitter Détroit. Lorsque le trio entend parler d’un aveugle qui vit en solitaire et garde chez lui une petite fortune, ils préparent ce qu’ils pensent être leur ultime coup. Mais leur victime va se révéler bien plus effrayante, et surtout bien plus dangereuse que ce à quoi ils s’attendaient…

Pour échapper à la violence de sa mère et sauver sa jeune sœur d’une existence sans avenir, Rocky est prête à tout. Avec ses amis Alex et Money, elle a déjà commis quelques cambriolages, mais rien qui leur rapporte assez pour enfin quitter Détroit. Lorsque le trio entend parler d’un aveugle qui vit en solitaire et garde chez lui une petite fortune, ils préparent ce qu’ils pensent être leur ultime coup. Mais leur victime va se révéler bien plus effrayante, et surtout bien plus dangereuse que ce à quoi ils s’attendaient…

Suite à l’exécrable remake d’Evil Dead (2013), Fede Alvarez prend à contrepied le film de genre pour nous servir un produit stylisé admirable. On peut notamment sentir une sombre ambiance des années 80. Ce quartier est très représentatif de son univers réécrit par des codes assez pertinents. Le contraste fait que la vision est brouillée par ce que l’on voit. On seul remède est le ressenti qui en dégage.

Alvarez met alors en scène deux molosses, dont un aveugle charismatique campé par un Stephen Lang, toujours aussi athlétique. Son handicap est de suite exploité à son négatif, ce qui est souvent valorisé dans d’autres œuvres plus classiques. On vient alors confirmer cette adresse artistique d’un metteur en scène prometteur dans son projet. Il réussit le tour de passe-passe qui nous piège dans ce sanctuaire irrespirable et silencieux avant même que l’on ne le sache.

Notons également que Jane Levy rempile pour se faire pardonner d’une prestation trop surjouée. En réponse, c’est une bien belle application que l’on ne manquera pas d’oublier, tellement la mise en scène est accrochant. Le décalage sonore est sans sous le pire ennemi du spectateur attentif, car tout bruit entraine conséquence ici.

Et au passage, plusieurs référence notables sont à l’œuvre et font plaisir à reconnaître dans ce brouillard. En imbriquant le tout à l’intrigue, ce sont des révélations déstabilisantes qui communiquent avec nous.

« Don’t Breathe – La Maison Des Ténèbres » se déclare comme thriller horrifique, n’ayant pas appuyé ses arguments dans un gore de service, comme on aura l’habitude d’être inondé, mais dans un travail d’ambiance rigoureux.

Aveuglément votre !

Commenter cet article