"Petit gars, j'ai piloté cet appareil d'un coin de la galaxie à l'autre j'ai vu des tas de choses étranges dans ma vie, mais j'ai encore rien vu qui me permette de croire qu'il y a un pouvoir capable de diriger l'univers tout entier. En tout cas c'est pas une force mystique qui dirigera ma vie à moi. Tout ça c'est des trucs minables, c'est du flan..." Il y a 38 ans, un certain Han Solo était confronté à des "croyances à la noix" et des "armes démodées", et devenait (un peu malgré lui) le compagnon d'armes d'Obi-Wan Kenobi et de Luke Skywalker dans leur lutte contre l'Empire. C'était en 1977.

Tout est vrai. Le Côté Obscur. Les Jedis. Ils existent.

En 2015, les temps ont changé et le pilote / contrebandier / anti-héros immortalisé par Harrison Ford est désormais celui qui va rappeler l'évidence aux nouveaux héros de Star Wars - Le Réveil de la Force : "Tout est vrai. Le Côté Obscur. Les Jedis. Ils existent". Des personnages plus que jamais au centre de la bande-annonce finale de ce nouvel épisode, qu'ils soient pilleuse d'épave sur Jakku (Daisy Ridley), soldat perdu (John Boyega) ou pilote rebelle (Oscar Isaac), confrontés à l'émergence du Premier Ordre de Kylo Ren (Adam Driver).

La Force. Elle t'appelle. Laisse-la t'envahir.

Dans moins de deux mois, le 16 décembre pour être précis, les spectateurs retourneront vers une galaxie lointaine, très lointaine, guidés par les mains expertes de J.J. Abrams et sa productrice Kathleen Kennedy. Au-delà du spectacle total (les combats spatiaux s'annoncent dantesques), les deux cinéastes semblent plus que jamais tenir leurs promesses : des personnages forts, un univers tangible loin de l'overdose de fonds verts de la prélogie, et une approche entre héritage et modernité, comme en atteste la réorchestration des thèmes éternels de John Williams.

Préparez-vous, la Force se réveille...

Retour à l'accueil