Naruto The Last

Publié le par Jeremy Chommanivong

Dans le village de Konoha, deux années après la 4ème grande guerre des ninjas, Naruto s’apprête à célébrer la fête de l’hiver entouré d’Hinata et de ses amis. Soudain, une météorite déchire la nuit de son intense lumière et voilà que la lune se rapproche anormalement de la Terre. Le Conseil des Kage se réunit en urgence  face à cette menace de destruction de la planète ! Pour Naruto, Sakura, Shikamaru, Saï et Hinata le compte à rebours pour sauver la planète a commencé.

Dans le village de Konoha, deux années après la 4ème grande guerre des ninjas, Naruto s’apprête à célébrer la fête de l’hiver entouré d’Hinata et de ses amis. Soudain, une météorite déchire la nuit de son intense lumière et voilà que la lune se rapproche anormalement de la Terre. Le Conseil des Kage se réunit en urgence face à cette menace de destruction de la planète ! Pour Naruto, Sakura, Shikamaru, Saï et Hinata le compte à rebours pour sauver la planète a commencé.

C’était quitte ou double pour Tsuneo Kobayashi, aux antécédents de premier assistant. « Naruto The Last » n’a pas été abordé selon la vertu Hayato Date sur le plan visuel et scénaristique, bien qu’il soit approuvé par Masashi Kishimoto, l’auteur.

Il part du principe qui tout ce qui a été bâtit précédemment est un acquis sur la série, voire même les films.

On concentre ici toute notre attention sur la dernière ascension de notre ninja préféré : Naruto, plus précisément sur ses relations affectives avec Hinata Hyuga. Dans les Shonen, le héros éclipse souvent ce genre de relation, bien que le message soit clair. Et cela a dû attendre le dernier film des Shippuden pour enfin voir un dénouement positif. L’oeuvre achève ce vœux pour marquer l'ultime étape dans l’évolution du héros, dans l’aspect moral et sentimental.

L’histoire est touchante, car ceux qui les suivent  s’y sont attachés et personne ne s’en plaindra. Le défaut du film est d’avoir axé tous les plans et les objectifs pour débattre de cet amour en quête de maturité. On passe alors outre l’intérêt des autres personnages. Ils ne font que de courtes apparitions, sans impact, et d’autres figurent comme de regrettables caméos.

D’autre part, pour les lieux majestueux, on ne nous laisse que l’imaginaire. Et cela ne peut satisfaire une foule en quête de nostalgie, comme le suggère ce dernier volet plein d’émotions. Les passages du village natal, Konoha, se noie dans le combat entre la fine équipe en mission et le grand méchant.

Au final, l’épisode déçoit. Cependant pas assez pour l’enterrer aussi vite. Nous en étions averti, l’opus se présentait juste comme une complémentarité à l’histoire du ninja bond dans sa dernière victoire, avant de devenir l’hokage qu’il prétend succéder…

Ça fait 15 ans de bonheur… merci beaucoup !

Commenter cet article