Ville d’Haeundae, Corée, printemps 2008. Malgré des signes annonciateurs préoccupants, les autorités refusent d’évacuer les côtes, menacées par des séismes sous-marins susceptibles de provoquer un tsunami. De plus en plus violentes, les alertes ne laissent plus de place au doute : un cataclysme d’une ampleur inégalée menace tout le pays...

Ville d’Haeundae, Corée, printemps 2008. Malgré des signes annonciateurs préoccupants, les autorités refusent d’évacuer les côtes, menacées par des séismes sous-marins susceptibles de provoquer un tsunami. De plus en plus violentes, les alertes ne laissent plus de place au doute : un cataclysme d’une ampleur inégalée menace tout le pays...

Tendre et brutal... Quel sentiment adopté face à tant de haine inexpliqué ?

The Last Day utilise un tsunami con prétexte afin de poser une moralité humaine commune à la société de nos jours.

Comment ne pas tomber dans la faveur de ce drame à la fois démesuré et redondant ? Il suffit de se comparer de comprendre la douleur, mais la plus importante réside dans le choix de la catastrophe. La banalité l'emporte sur le sentiment et l'intrigue perd de son charisme, et c'est bien dommage.

Je-gyun Yun ne se force ainsi pas à créer une désillusion, il amplifie le sentiment. Exemple de force et faiblesse humaine, la moralité en prend un coup, certes. Mais avions-nous réellement besoin d'être divertit ainsi pour nous persuader ?

On ne retiendra pas le casting tout à fait arbitraire, on en retiendra une forte leçon, mal prononcé mais bel et bien ressentie !

Retour à l'accueil