Taken 3

Publié le par Jeremy Chommanivong

L’ex-agent spécial Bryan Mills voit son retour à une vie tranquille bouleversé lorsqu’il est accusé à tort du meurtre de son ex-femme, chez lui, à Los Angeles. En fuite et traqué par l’inspecteur Dotzler, Mills va devoir employer ses compétences particulières une dernière fois pour trouver le véritable coupable, prouver son innocence et protéger la seule personne qui compte désormais pour lui – sa fille.

L’ex-agent spécial Bryan Mills voit son retour à une vie tranquille bouleversé lorsqu’il est accusé à tort du meurtre de son ex-femme, chez lui, à Los Angeles. En fuite et traqué par l’inspecteur Dotzler, Mills va devoir employer ses compétences particulières une dernière fois pour trouver le véritable coupable, prouver son innocence et protéger la seule personne qui compte désormais pour lui – sa fille.

Pas décevant pour ce que c’est, juste répétitif. Olivier Megatron met en scène l’ultime combat de Bryan Mills pour sa famille, cependant pas dans les meilleures conditions. La faiblesse d’un troisième volet de ce genre aurait été de ne pas perdre dans une boucle (Taken 2), ce qui n’a pas été le cas. D’autres aspects ont été négligés et on peut le regretter.

Liam Neeson reste fidèle à son personnage. Ce qui fait de lui le surhomme aguerrit au combat que l’on attendait. Son charme ne reste pas moins efficace auprès des fans d’action et de charisme naturel.

C’est bien évidemment la mise en scène que l’on blâme. Il suffisait de s’arrêter aux prises caméra à l’épaule et donc aux vacillements permanents pour comprendre ce que le budget suggérait. Or, cela ne vient que d’une erreur de jugement. Bien sûr, cela offre une impression de se sentir impliquer dans l’action, et une fois encore, c’est l’angle de vue qui perturbe… En dehors de tout cela, le film est riche en courses poursuites. Le rythme tient bon et assure un bon divertissement.

Côté scénario, trop commun, on prévoit aisément l’échéance bien que certaines transitions soient inattendues.

On nous démontre le potentiel caché de « Taken » que l’on espérait au premier volet. C’est tout ce qu’il y a de plus frustrant, d’observer l’éveil et l’impatience de certains personnages en dehors de la famille du héros. Les compagnons de Bryan montrent enfin leur vrai visage et l’inspecteur Franck Dotzler (Forest Whitaker) trop brillant pour sa transparence. Ce dernier se donnait une image de stratège, d’où la manie qu’il a de jouer avec toute sorte d’objet à porter de main. Ce qui symbolise à la fois la réflexion et sa détermination. Ce personnage est uniquement le pont qui le lie à Bryan. Les deux de font qu’un et ce duo aurait été d’une meilleure efficacité si l’on cédait plus de place à Dotzler. On s’accordera donc à dire que Mill travaille toujours mieux lorsqu’il est seul prédateur.

Chez les méchants, c’est le même débat, la chute du film ne fut pas une surprise dès lors que l’on n’insiste pas sur le caractère monstrueux de ces derniers. La mauvaise gestion des apparitions font que l’histoire dévoile trop rapidement des éléments clés.

Quant à Kim (Maggie Grace) et sa mère Lenore (Famke Janssen) passagères, leur aventure émotionnelle ne diffère pas des précédentes œuvres.

En résumé, Taken 3 s’achève par une maladresse frustrante car on a le sentiment que cet épisode restera à jamais inachevé.

Publié dans Critiques Films, Action

Commenter cet article