Pirates des Caraïbes : la Malédiction du Black Pearl

Publié le par Jeremy Chommanivong

Dans la mer des Caraïbes, au XVIIe siècle, Jack Sparrow, flibustier gentleman, voit sa vie idylle basculer le jour où son ennemi, le perfide capitaine Barbossa, lui vole son bateau, le Black Pearl, puis attaque la ville de Port Royal, enlevant au passage la très belle fille du gouverneur, Elizabeth Swann. L'ami d'enfance de celle-ci, Will Turner, se joint à Jack pour se lancer aux trousses du capitaine. Mais Will ignore qu'une malédiction frappe Barbossa et ses pirates. Lorsque la lune brille, ils se transforment en morts-vivants. Leur terrible sort ne prendra fin que le jour où le fabuleux trésor qu'ils ont amassé sera restitué...

Dans la mer des Caraïbes, au XVIIe siècle, Jack Sparrow, flibustier gentleman, voit sa vie idylle basculer le jour où son ennemi, le perfide capitaine Barbossa, lui vole son bateau, le Black Pearl, puis attaque la ville de Port Royal, enlevant au passage la très belle fille du gouverneur, Elizabeth Swann. L'ami d'enfance de celle-ci, Will Turner, se joint à Jack pour se lancer aux trousses du capitaine. Mais Will ignore qu'une malédiction frappe Barbossa et ses pirates. Lorsque la lune brille, ils se transforment en morts-vivants. Leur terrible sort ne prendra fin que le jour où le fabuleux trésor qu'ils ont amassé sera restitué...

Disney commence à nous vendre beaucoup de plaisir dans leurs films ! Il lui suffit juste de jouer sur la notoriété des personnages historiques en renversant le bien du mal, ou inversement. D'où l'exploitation de pirates à l'époque de l'expansion de la compagnie des Indes en mer. Fidèle à tout Disney, la saga se doit d'avoir un personnage emblématique, ici le capitaine Jack Sparrow.

Johnny Depp se glisse aisément dans la peau de son rôle, le pirate le plus imprévisible, le plus comique et le plus charismatique. Normal que Gore Verbinski l'ait choisi. Son parcours ne fut pas bien glorieux par le passé (la Souris, le Mexicain), même s'il parvient à attiré de grandes figures dans ses castings. Mais son présent annonce un retour palpitant en nous offrant la redécouverte d'un monde tant inspiré de littérature mais à l'image fort abstraite.

Ô combien d'entre nous eut une image dégradante de la folie meurtrière de ses pillards et assassins ?Tournons la page un instant et laissons vivre un scénario des légendes maritimes qui ont tant bouleversé la navigation commerciale et militaire.

Décor, batailles navales ou à quai, la mission fut fièrement accomplie.

Et il serait dommage de négliger le reste de l'équipage, pour une fois peu stéréotypé.

Orlando Bloom et Keira Knightley forment un couple assortie à l'aspect chevaleresque. Geoffrey Rush traduit l'endurance de ce périple, le force et le modèle classique d'un pirate.
Pirates des Caraïbes – la Malédiction du Black Pearl illustre l'aubaine de l'âge de la piraterie.

Quant à la magnifique bande-son de Hans Zimmer... tout est dit, inutile de l'acclamer davantage une fois de plus !

On négocie brutalement un retour dans la magie de Disney !

Commenter cet article