Oblivion

Publié le par Jeremy Chommanivong

2077 : Jack Harper, en station sur la planète Terre dont toute la population a été évacuée, est en charge de la sécurité et de la réparation des drones. Suite à des décennies de guerre contre une force extra-terrestre terrifiante qui a ravagé la Terre, Jack fait partie d’une gigantesque opération d’extraction des dernières ressources nécessaires à la survie des siens. Sa mission touche à sa fin. Dans à peine deux semaines, il rejoindra le reste des survivants dans une colonie spatiale à des milliers de kilomètres de cette planète dévastée qu’il considère néanmoins comme son chez-lui.  Vivant et patrouillant à très haute altitude de ce qu’il reste de la Terre, la vie "céleste" de Jack est bouleversée quand il assiste au crash d’un vaisseau spatial et décide de porter secours à la belle inconnue qu’il renferme. Ressentant pour Jack une attirance et une affinité qui défient toute logique, Julia déclenche par sa présence une suite d’événements qui pousse Jack à remettre en question tout ce qu’il croyait savoir.  Ce qu’il pensait être la réalité vole en éclats quand il est confronté à certains éléments de son passé qui avaient été effacés de sa mémoire. Se découvrant une nouvelle mission, Jack est poussé à une forme d’héroïsme dont il ne se serait jamais cru capable. Le sort de l’humanité est entre les mains d’un homme qui croyait que le seul monde qu’il a connu allait bientôt être perdu à tout jamais.

2077 : Jack Harper, en station sur la planète Terre dont toute la population a été évacuée, est en charge de la sécurité et de la réparation des drones. Suite à des décennies de guerre contre une force extra-terrestre terrifiante qui a ravagé la Terre, Jack fait partie d’une gigantesque opération d’extraction des dernières ressources nécessaires à la survie des siens. Sa mission touche à sa fin. Dans à peine deux semaines, il rejoindra le reste des survivants dans une colonie spatiale à des milliers de kilomètres de cette planète dévastée qu’il considère néanmoins comme son chez-lui. Vivant et patrouillant à très haute altitude de ce qu’il reste de la Terre, la vie "céleste" de Jack est bouleversée quand il assiste au crash d’un vaisseau spatial et décide de porter secours à la belle inconnue qu’il renferme. Ressentant pour Jack une attirance et une affinité qui défient toute logique, Julia déclenche par sa présence une suite d’événements qui pousse Jack à remettre en question tout ce qu’il croyait savoir. Ce qu’il pensait être la réalité vole en éclats quand il est confronté à certains éléments de son passé qui avaient été effacés de sa mémoire. Se découvrant une nouvelle mission, Jack est poussé à une forme d’héroïsme dont il ne se serait jamais cru capable. Le sort de l’humanité est entre les mains d’un homme qui croyait que le seul monde qu’il a connu allait bientôt être perdu à tout jamais.

Oblivion dénote l’oubli, or Joseph Kosinski voit plus loin afin d’y remédier. Il a su prouver son ingéniosité dans l’effet visuel de ses mondes qu’il prend bien soin de les signer à son nom, cela n’est pas surprenant. C’est même rassurant. Il s’agit là d’une association furtive entre l’attraction visuelle et sonore, dont le compositeur se trouve être M83. Anodin mais non inintéressant.

Néanmoins, son casting fut une crainte tant redouté, mais réconforté par la curiosité portant son nouvel œuvre. Son effectif réduit induit du spectacle de haut niveau ou bien un mur dont on s’efforcera d’en établir le sommet… Quel chance, que ce ne soit ni l’un ni l’autre !

On porte à réflexion aisément, sous le rythme d’une intrigue d’une telle ampleur et on y prend goût. Le parfum de mystère se trouve futilement mené à terme par le biais de Tom Cruise, toujours convainquant et efficace pour peu. Le film prend bien sa longueur pour poser ses arguments sans se presser, parfois long à les aborder. Lui et ce scénario dynamitent un procédé nostalgique envers nos propres origines. Il faudra plus ou moins de coïncidences pour parfaire les détails de ce futur apocalyptique, dont le surnaturel l’emporte sur le bluff sympathique contre une chute plus terrifiante. La vérité se cache toujours au-delà de ce que l'on croit fini. On insiste également sur l'avancé scientifique dévoilé péjorativement vis à vis de la curiosité de l'homme. Serait-ce donc un tort, ou bien la barrière de l'évolution à dissiper ? A vous le choix !

Oblivion est l’accrochage d’un essai non terminé, demandant seulement à être poursuivit plus étroitement !

Commenter cet article