Sur les Hautes terres d’Afrique règne un lion tout-puissant, le roi Mufasa, que tous les hôtes de la jungle respectent et admirent pour sa sagesse et sa générosité. Son jeune fils Simba sait qu’un jour il lui succèdera, conformément aux lois universelles du cycle de la vie, mais il est loin de deviner les épreuves et les sacrifices que lui imposera l’exercice du pouvoir. Espiègle, naïf et turbulent, le lionceau passe le plus clair de son temps à jouer avec sa petite copine Nala et à taquiner Zazu, son digne précepteur. Son futur royaume lui apparaît en songe comme un lieu enchanté où il fera bon vivre, s’amuser et donner des ordres. Cependant, l’univers de Simba n’est pas aussi sûr qu’il le croie. Scar, le frère de Mufasa, aspire en effet depuis toujours au trône. Maladivement jaloux de son aîné, il intrigue pour l’éliminer en même temps que son successeur. Misant sur la curiosité enfantine et le tempérament aventureux de Simba, il révèle à celui-ci l’existence d’un mystérieux et dangereux cimetière d’éléphants. Simba, oubliant les avertissements répétés de son père, s’y rend aussitôt en secret avec Nala et se fait attaquer par 3 hyènes féroces. Par chance, Mufasa arrive à temps pour sauver l’imprudent lionceau et sa petite compagne. Mais Scar ne renonce pas à ses sinistres projets. Aidé des 3 hyènes, il attire Simba dans un ravin et lance à sa poursuite un troupeau de gnous. N’écoutant que son courage, Mufasa sauve à nouveau son fils et tente de se mettre à l’abri en gravissant la falaise. Repoussé par son frère félon, il périt sous les sabots des gnous affolés. Scar blâme alors l’innocent Simba pour la mort du Roi et le persuade de quitter pour toujours les Hautes terres. Simba se retrouve pour la première fois seul et démuni face à un monde hostile. C’est alors que le destin place sur sa route un curieux tandem d’amis...

Sur les Hautes terres d’Afrique règne un lion tout-puissant, le roi Mufasa, que tous les hôtes de la jungle respectent et admirent pour sa sagesse et sa générosité. Son jeune fils Simba sait qu’un jour il lui succèdera, conformément aux lois universelles du cycle de la vie, mais il est loin de deviner les épreuves et les sacrifices que lui imposera l’exercice du pouvoir. Espiègle, naïf et turbulent, le lionceau passe le plus clair de son temps à jouer avec sa petite copine Nala et à taquiner Zazu, son digne précepteur. Son futur royaume lui apparaît en songe comme un lieu enchanté où il fera bon vivre, s’amuser et donner des ordres. Cependant, l’univers de Simba n’est pas aussi sûr qu’il le croie. Scar, le frère de Mufasa, aspire en effet depuis toujours au trône. Maladivement jaloux de son aîné, il intrigue pour l’éliminer en même temps que son successeur. Misant sur la curiosité enfantine et le tempérament aventureux de Simba, il révèle à celui-ci l’existence d’un mystérieux et dangereux cimetière d’éléphants. Simba, oubliant les avertissements répétés de son père, s’y rend aussitôt en secret avec Nala et se fait attaquer par 3 hyènes féroces. Par chance, Mufasa arrive à temps pour sauver l’imprudent lionceau et sa petite compagne. Mais Scar ne renonce pas à ses sinistres projets. Aidé des 3 hyènes, il attire Simba dans un ravin et lance à sa poursuite un troupeau de gnous. N’écoutant que son courage, Mufasa sauve à nouveau son fils et tente de se mettre à l’abri en gravissant la falaise. Repoussé par son frère félon, il périt sous les sabots des gnous affolés. Scar blâme alors l’innocent Simba pour la mort du Roi et le persuade de quitter pour toujours les Hautes terres. Simba se retrouve pour la première fois seul et démuni face à un monde hostile. C’est alors que le destin place sur sa route un curieux tandem d’amis...

Magistralement bien interprété ! La fierté de des studios Disney se dessine ici même sur une implication secondaire, cependant percutant aux yeux du monde.

Roger Allers et Rob Minkoff ont mis en scène la métaphore d’une monarchie, noble et frôlant l’idéalisme de l’harmonie entre les différents rangs d’espèces. On a judicieusement choisi un environnement naturel, où animaux de la Savane forment le « cycle de la vie ».

C’est bien sûr grâce au succès de l’œuvre que l’on doit cette magnifique scène d’ouverture, pleine de tendresse et de respect. Pour la suite, rien n’a changé, il ne reste plus qu’à contempler et apprécier.

Le récit ici ne tient que du courage, de l’honneur et du devoir. Une animation de Disney qui a prévu une part pour tout, mais qui ne porte pas le même ressenti sur l’ensemble du film. Elle aura néanmoins son importance d’une manière ou d’une autre. Ce royaume animal illustre la prospérité d’un roi envers son peuple.

Le sujet étant très travaillé, l’aspect compréhension des faits suivants dépasse légèrement le seuil des enfants. Ce qui est encore formidable ici, ce sont les images explicites et fortes en émotion.

Simba, fils de Mufasa (doublé par James Earl Jones) et de Sarabi, découvre peu à peu son monde, ses dangers et ses obligations. Dans une innocence particulièrement touchante, on se laisse entrainer dans les divers comédies musicales, notamment Hakuna Matata ou encore Je voudrais déjà êtres Roi. Tout chant confondu est aujourd’hui culte et ne risque certainement pas un enterrement prématuré. Ce sera à partir de sa reconstruction mentale, qu’intervient le devoir de mémoire. Chose peu négligeable qu’il devra tenir compte pour s’opposer à l’orgueil de Scar et la fourberie des hyènes…

Pour ce qui est des personnages secondaires, ils appuient l’évolution de la personnalité de Simba. Rafiki le sage babouin, Zazoo le fidèle serviteur, Nala l’amie d’enfance, et enfin Timon et Pumbaa l’animation du groupe.

Beaucoup de références peuvent paraître provocantes, voire extrémistes, mais il faut garder une vue très objective et saisir le message voulu, au lieu de la forme qu’elle puisse prendre. Les paroles d’Elton John suffiront pour nous réconforter, et l’ambiance offerte par Hans Zimmer ne fait qu’amplifier toute la beauté à la fois visuelle et auditive de l’aventure.

Pour résumer, « Le Roi Lion » induit « l’histoire de la vie », où la passion et vertus figurent comme les acquisitions d’une sagesse absolue.

Retour à l'accueil