Ip Man : la légende est née

Publié le par Jeremy Chommanivong

Après le décès de son maître, le jeune Ip Man continue à apprendre les arts martiaux sous les ordres d'un disciple et part à Hong-Kong. Il revient dans sa ville de Foshan où il tombe amoureux de Wing Shing, malheureusement de rang différent de lui. Entre amour interdit, apprentissage de son art et révélation sur son passé, Ip Man entame la plus ardue de ses aventures.

Après le décès de son maître, le jeune Ip Man continue à apprendre les arts martiaux sous les ordres d'un disciple et part à Hong-Kong. Il revient dans sa ville de Foshan où il tombe amoureux de Wing Shing, malheureusement de rang différent de lui. Entre amour interdit, apprentissage de son art et révélation sur son passé, Ip Man entame la plus ardue de ses aventures.

Une reprise intéressante de l'origine du grand maître Ip Man ! Rien à voir avec ceux de Donnie Yen, ce dernier volet ne démontre pas les même points que précédemment. Il s'appuie clairement sur le cinéma Hong-Kongais classique, où le genre dramatique fait irruption sous de l'art martial maîtrisé. On ne pouvait s'attendre à une saga des plus remarquables avec ce troisième film, mais bien qu'Herman Yau qoit amateur du genre ancestral, il n'a pas failli à sa mission en souillant le nom d'Ip Man. Tel est la force des films Hong-Kongais, pris au sérieux par des réalisateurs sérieux.

Néanmoins, ce fut un divertissement digne d'être regardé, car l'on ne s'échappe pas trop du scénario original. Une touche d'ingéniosité a permis de rendre ce film viable, malgré les a priori excessifs. Revoir ses acteurs serait un grand plaisir, car leur niveau rendrons les genres préférés des spectateurs plus entreprenant.

Commenter cet article