Liés par le sang, Hansel et Gretel ont aujourd’hui soif de vengeance, et ils s’en donnent à cœur joie. Pourtant, sans le savoir, ils sont désormais victimes d’une menace bien plus grande que leurs ennemis : leur passé.

Liés par le sang, Hansel et Gretel ont aujourd’hui soif de vengeance, et ils s’en donnent à cœur joie. Pourtant, sans le savoir, ils sont désormais victimes d’une menace bien plus grande que leurs ennemis : leur passé.

On reconnaît aisément le travail de Tommy Wirkola une fois qu'on y a goûté ! Cette reprise depuis Dead Snow ne marque pas la fin d'un genre gothique et sanglant qu'est son monde. Hansel & Gretel : Witch Hunters affirme son statut par un genre intéressant car assez bien exploité, malgré quelques frontières franchies avec démence.

Ne s'écartant pas "trop loin" du vieux conte original, ce scénario nous offre l'opportunité de redécouvrir, d'un regarde sceptique un univers clos de fantaisies mesquines, alliées à un charme de violence purement visuel. Pour nous y accompagner, Jeremy Renner et Gemma Arterton furent pour le moins un choix singulier pour ce duo d'enfer, incarnant une certaine forme de justice, plus ou moins adaptée à l'époque.

En effet, Renner est un acteur de qualité qui a décroché de nombreuses opportunités dans le domaine de l'action. Sa prestation fut une surprise, car son personnage moins lourd à supporter, rend son charme, en plus d'un humour noir plus jouable et plus attachant. Du côté d'Arterton, on retrouve toujours de l'innocence dans son regard trompeur, car derrière se cache une bête. Une battante au coeur et au corps magique, dont on ne prive pas le besoin essentiel d'un tel élément. C'est la cohésion parfaitement équilibrée qui permet l'achèvement d'une pluie de marres ensanglantées dont les couleurs ne peuvent que nous être familières.

Je ne m'attarderai pas sur le travail de Famke Janssen et de Peter Stormare dans des rôles simples mais nécessaires. Le tout forme donc un concentré d'intrigue intéressant, car l'on se demande bien comment et pourquoi une telle facilité de compréhension s'affiche sur l'écran.

D'où la part de mystère usurpée par des suspenses, dont je décrirais de... troublantes.
Un prolongement sympathique au sens d'un apport unique d'humour noir, bien exploité pour nos yeux !

Retour à l'accueil