A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

 

Quand Luc Besson s'embarque dans une science fiction, c'est qu'il désire plus que tout l'univers inconnu qu'il y construit.

Il émet l'hypothèse de l'évolution de l'homme, voire de la révolution, sur les bases de la théorie de Charles Darwin. L'enjeu est le savoir et le temps qui définisse chaque chose que nous connaissons, aussi bien le concret que l'abstrait.

La forme de sa dernière œuvre suggère l'aspect d'une encyclopédie universelle, en insistant particulièrement sur la biologie de la vie. L'existence même est une question très discutée, dont les origines restent encore un mystère.

Pour se faire, le casting mis en place est représentatif des rôles donnés. Tout d'abord, la prestigieuse Scarlett Johansson, très convoitée dans de nombreux projets de cet été et de l'an prochain. Elle sert d'intermédiaire à Besson en bousculant les lois scientifiques que nous avons normalisé à notre échelle. Cette victime de trafic de stupéfiants nous amène alors au plus proche de la compréhension d'une théorie très spectaculaire, bien qu'elle soit douteuse.

Il faudra donc également passer par Khoi Ji, l'illustration des pêchés des hommes. Son orgueil lui apprend la rage et l'ambition de vouloir le contrôle de son environnement. Or, "être" et "vouloir" se distinguent par l'évolution des capacités cérébrales. Au-delà des 10% d'utilisation, la vision du monde peut radicalement changer.

Retour à l'accueil