Un mentaliste utilise ses extraordinaires dons d'observation pour résoudre des crimes en tant que consultant travaillant aux côtés de la police. Une façon pour lui contribuer à la justice et de démasquer le mystérieux tueur en série qui a assassiné son épouse et sa fille...

Un mentaliste utilise ses extraordinaires dons d'observation pour résoudre des crimes en tant que consultant travaillant aux côtés de la police. Une façon pour lui contribuer à la justice et de démasquer le mystérieux tueur en série qui a assassiné son épouse et sa fille...

The Mentalist

Une très bonne série policière ! Nous avons ici une intrigue centrale intéressante, au beau milieu de routine d'enquêtes. Bruno Heller a su adapter cette trame principale en élargissant les connaissances, telle une spirale. Il nous apprend petit à petit la construction d’un univers étroit d’une équipe au charme unique en son genre. On porte alors une attention particulière sur le personnage Patrick Jane, tenu par le charisme de Simon Baker.

 

 

Autant sournois que pragmatique, il illustre la parfaite harmonie entre l’humour et le sérieux des affaires. Son passé dramatique forge le développement d’une intrigue très bien ficelé, sans laisser n’importe quels indices, plus ou moins exploitables. L’action ne prime plus autant qu’avant, laissant la réflexion et la surprise émerveiller les divers dénouements.

 

Les autres membres se distinguent par leur diversité de caractères. Teresa Lisbon (Robin Tunney) est d’une justice implacable, Grace Van Pelt (Amanda Righetti) est l’âme sensible du groupe, Wayne Rigsby (Owain Yeoman) et le plus comique de tous et Kimball Cho (Tim Kang) est expressivement le dur à cuire du groupe. On les voit comme une équipe soudée, sans faille. Au fur et à mesure du temps, on se détache de cette idée pour se convaincre qu’ils formeront très vite une famille.

 

 

On file directement vers une série de trop, dirait-on. En dehors de l’aspect banal des enquêtes, leur résolution est bien des plus divertissantes. Le personnage de Jane mène la psychanalyse qui séduit le spectateur stupéfait de cette intelligence, grandement négligée dans les autres séries. Cette dernière démonstration a alors prouvé qu’elle avait une place majeure et instructive. De ce personnage plein de bon sens, on en apprend davantage sur les valeurs d’une vie et de la justice qui en découle…

 

 

Mais il est trop tôt pour enterrer le mythe de « Mentalist ». Emily Swallow (Kim Fischer) et Rockmond Dunbar (Dennis Abbott) viennent rafraichir le casting des deux dernières saisons. Sans doute les meilleurs épisodes, du fait d’une créativité bien recherché où l’ensemble du casting semble être mieux gérer.

 

De plus, Heller s’est essayé à une nouvelle recette qui ne perdait pas la série dans une redondance infernale. Plus on avance, plus la complexité s’installe pour un final grandiose.

Retour à l'accueil